Pommes de terre

OGM’s

Le 29 mai 2011, le Field liberation movement protestait contre un champ d’expérimentation pour pommes de terre génétiquement modifiées à Wetteren. Cette protestation s’encadrait dans un mouvement global contre les OGM.

GGO Wetteren // OGM Wetteren from BRUXELLES LAIQUE on Vimeo.

Les OGM de soja et de maïs sont devenus la règle en Amérique du Nord et du Sud. Le soja génétiquement modifié est notamment importé massivement en Europe, comme un composant riche en protéines dans les aliments pour bétail. De nos jours, le soja non modifié génétiquement coûte plus cher que le soja OGM. Aux Indes, la culture de coton génétiquement modifié a posé de graves problèmes. Pour le moment, l’Europe bloque la culture de plantes génétiquement modifiées, sauf sur des champs d’expérimentation (comme celui à Wetteren).

La question est de savoir si les semences et plants modifiés génétiquement sont nécessaires pour une production suffisante de nourriture par des méthodes respectueuses de l’environnement. Parmi les scientifiques on retrouve des partisans et des opposants de cette idée. Puisqu’ils ne sont pas unanimes, il est probablement à conseiller de ne pas bannir complètement les semences et plants génétiquement modifiés.
Actuellement, il est bien possible de produire suffisamment de nourriture sans OGM. En effet, la faim dans le monde est plus souvent le résultat d’un manque de pouvoir d’achat et non pas d’une offre insuffisante d’alimentation.

Voilà la raison pour laquelle nous faisons le point sur les raisons principales pour l’action de protestation.

Les dangers

Label Carrefour. Source : Greenpeace

La raison principale pour l’action à Wetteren était d’abord le fait que la plupart des gens ne souhaitent pas retrouver des produits génétiquement modifiés dans leur assiette. Le consommateur a des réserves concernant la consommation d’OGM et il pense surtout à d’éventuels risques pour la santé.

Il y a quelques années, Carrefour avait déjà tenté une première fois de vendre des OGM en Belgique. Après protestation, l’enseigne avait rapidement mis fin à cette vente. Plus tard, il n’y a plus eu d’introduction de produits alimentaires contenant des ingrédients génétiquement modifiés sur le marché belge. Puisqu’il est obligatoire de mentionner les OGM dans la liste des ingrédients des produits, le consommateur a toujours la possibilité de vérifier s’il y a oui ou non des OGM dans les produits qu’il achète.

En Belgique, on peut trouver de la viande d’animaux qui ont été nourris avec des OGM. L’étiquetage obligatoire ne vaut pas pour ces produits. Si l’on veut manger de la viande avec absence garantie d’OGM, il faut opter pour de la viande biologique.

Partager

Produits déjà scannés

Lettre d'information

RABAD