Pommes de terre

L’histoire

Comme pour beaucoup d’ingrédients culinaires, chaque nation a son avis sur ses origines et son histoire. Mais en quelques dates voici d’ou elles proviennent et comment elles ont été utilisées.

Les plus anciennes traces de pomme de terre remontent à 7000 ans avant JC dans la région de la Crodillière des Andes où le climat très sec a permis une conservation parfaite pour les archéologues.

Il semblerait même qu’à l’époque les habitants des bords du lac TitiKaka, les Aymaras la déhsydrataient en les faisant sécher au soleil pour la conserver et la cuisiner lors des périodes de famine.
On pourrait presque dire qu’il avaient inventé la purée mousseline en flocons tel qu’on peut l’acheter en boite dans le commerce encore aujourd’hui…

Les Incas (1000 ans avant JC) maitrisant l’agriculture cultivaient la PAPA (pomme de terre) et la congelaient pour leurs voyages en montagne.

Ce n’est qu’en 1540 que les conquistadors espagnol son ramené les premiers exemplaires de ces tubercules en Europe…

Cultivée ensuite de l’Espagne à la Prusse et la Russie elles étaient plus souvent destinées à l’alimentation des cochons ou des pauvres. Les français l’accusèrent de rendre les hommes malades.

Ce n’est qu’à partir du 18eme siècle que grâce à Parmentier sa consomation s’est répandue peu à peu dans toute l’Europe sous les diférentes formes et préparation qu’on lui connaît.

Anciennes variétés

Comme pour la plupart des aliments le « bonheur » et/ou « l’avenir » est dans la (bio)diversité. C’est à dire que nous devons nous battre pour maintenir le maximum de variété, afin de continuer à stimuler nos papilles gustatives, nos esprit créatifs culinaires, mais surtout maintenir le plus large panel de variétés possibles.

En Belgique par exemple, les variétés les plus connues et les plus cultivées sont : la Bintjes et la Nicolas.

Moins de 15 % de la popoluation belge connaît ou a entendu parler de
la Charlotte, la Victoria, la Ratte, la Franceline, la Corne de gatte, la Mélody, l’Agria, la Marabel, l’Anabelle, la Vitelotte, la Challenger,
l’Amandine, la Belle de Fontenay, la Roseval etc…

Dans le monde plus de 10,000 variétés sont aujourd’hui connues, dont 1294 sont inscrites au Catalogue Communautaire de la Communauté Européenne et 192 au catalogue officiel français.

Certaines espèces rares, belle est gouteuse sont en voie de disparition, comme par exemple, en France la Violine de Borlé, noire à l’extérieur et violette à l’extérieur. Les producteurs ont fait parvenir des échantillons à des chefs étoilés français qui tentent de la faire re-découvrir à leur clientèle. Pour son gout, son originalité et ses vertus anti-oxydantes et qu’en plus elle ferait baisser la tension artérielle.

En Belgique, Slow Food a présenté des rares producteurs de « vitelottes » au salon Be Slow Food, espèces identiques à la Violine au niveau aspect mais moins douce.

Considéré par Alexandre Dumas comme la meilleure des pommes de terre ».
Notre territoire compte de nombreuses variétés, pour en citer une qui arrive rarement jusque dans nos assiettes, il y a la Platte de Florenville, à dénicher et déguster d’urgence…

Partager

Produits déjà scannés

Lettre d'information

RABAD