La viande bovine

Manger et cuisiner

Le mot d’ordre : « préférer la qualité à la quantité ». Comme la haute valeur nutritive de la viande en fait une denrée alimentaire importante. Il ne faut pas la bannir de nos assiette même mais éviter de la surconsommer afin d’éviter les problèmes de santé divers.

La qualité de la viande dépend de plusieurs facteurs dont la race, l’âge, le sexe et l’état de santé de l’animal ; les conditions d’élevage et d’abatage, le terroir, et bien entendu, les techniques de préparation.

La vie en plein air et une alimentation naturelle développe le persillé de la viande, c’est-à-dire le développement de fines lamelles de gras qui recueillent les arômes gustatifs du terroir.

Critères qui influencent le goût et la qualité de la viande

Le plaisir de cuisiner

La plupart des consommateurs Belges estiment que la viande est le produit principal du repas. Ils consomment 270 g de viande par jour.

Cela n’a pas toujours été le cas. D’antan la viande était un produit de luxe dont l’utilisation se limitait aux fêtes et aux milieux plus aisés.
Pendant le 20ième siècle, la consommation n’a cessé de croître : de 30 kg par an et par personne en 1919 on est passé à 100 kg aujourd’hui. L’objectif à l’époque était de compenser une carence en protéines.

L’objectif était d’atteindre 75 à100 g de viande par jour, quantité adéquate pour un adulte. En mangeant plus de 200 gr par jour nous risquons d’avoir des problèmes de santé.

La surconsommation de viande est liée à une série de maladies de style de vie, tels que les maladies cardiaques, l’obésité et certains cancers.

Partager

Produits déjà scannés

Lettre d'information

RABAD