Chocolat

Choisir son chocolat

Le chocolat est une “specialité gastronomique nationnale”, nous produisons quelques 172 000 tonnes de chocolat par an, la majorité destinée à l’exportation.

Le chocolat est encore aujourd’hui plus que jamais un des symboles de la qualité belge dans le monde.
La consomation moyenne nationnale est proche des 6 à 8 kg par personne et par an, et fait du Belge le 4ième plus grand consomateur mondial après la Suisse, le Royaume Uni, et l’Allemagne.

500 chocolatiers, et 2000 boutiques de chocolats en Belgique soit une pour 5 500 habitants !

La tendance des prix de vente est à la baisse depuis 2010 probablement suite à l’uniformisation de la loi sur l’autorisation de remplacer le beurre de cacao par l’huile de palme dans le chocolat.

Dans le magasin...

Même si les quelques producteurs “encore un peu ” belges ont tenu bon, les rayons de nos grandes surfaces proposent une très large gamme contennant de l’huile de palme, soit plus de 90% des chocolats vendus.
Le chocolat “équitable” ne représente qu’1% de part du marché nationnal.

Même si la Belgique est un grand producteur, nos 2,2% de l’importations mondiale n’aident pas à supporter les 6.500.000 petits producteurs qui produisent quelques 90 % de la production de cacao mondial. La production des pays du nord est essentiellement destinée aux marchés asiatiques.

Le problème est crucial car depuis 1990, les états du nord sur-produisent du chocolat, l’offre est plus grande que la demande, même si en Chine et au Japon les ventes explosent.

En toute logique, en payant un peu mieux les petits producteurs et en achettant des quantités proportionnels au marché, les vente baisseraient et le marché s’équilibrerait. Malheureusement l’industrie et l’économie de marché ne fonctionne pas encore de cette manière.

Max Havelaere déplore que seulement 127.000 des 1,5 millions de producteurs de cacao africains profitent du commerce équitable.

Greenwashing

Beaucoup de marques conscientes de l’aspect environnemental et social de la filière cacao tentent de surfer sur la vague des labels et présente sur leurs étiquettes des labels pas ou peu recomandables.

Il est comme pour tout les produits de l’industrie agro-alimentaire parfois très difficile de lire ou de trouver les informations sur la présence d’huile de palme.

Partager

Produits déjà scannés

Lettre d'information

RABAD