Gaspillage

Facebook Twitter
Depuis quelques années, des associations et institutions publiques s’intéressent de près au gaspillage alimentaire. Des études ont en effet révélé des chiffres impressionnants : chaque année, plus d’un quart de la production alimentaire mondiale est gaspillée, alors que cette quantité permettrait de nourrir tous ceux qui souffrent de la faim dans le monde, et même bien plus

Quand on parle de gaspillage, on parle en effet de nourriture non-consommée et de restes encore mangeables, pas de déchets.

A Bruxelles, le gaspillage alimentaire est estimé à 31 kg par famille et par an. Cela représente la quantité nécessaire pour offrir trois repas par jour à 40.000 personnes pendant un an. Selon Bruxelles Environnement, le gaspillage alimentaire constitue 12% de la poubelle tout venant (sacs blancs), dont la moitié de restes non préparés, un quart d’aliments périmés non entamés et un quart de restes cuisinés.

Le pain, les pâtisseries et les biscuits représentent un cinquième de ces 12%. Cette situation est non seulement éthiquement inacceptable - alors que plus de 100.000 personnes recourent à l’aide alimentaire en Belgique -, mais elle a aussi un énorme coût économique et environnemental, équivalent au prix et à l’impact écologique de la production de ces produits.

La Fevia (Fédération de l’industrie alimentaire) estime à près d’un milliard et demi d’euros le coût annuel du gaspillage dans notre pays, tandis que jeter un pain à la poubelle revient quasiment à faire tourner deux fois son lave-vaisselle à vide en termes d’énergie…

Comment eviter le gaspillage ?

Agenda

Lettre d'information