Variété et Biodiversité

Facebook Twitter

Comme pour la plupart des aliments le « bonheur » et/ou « l’avenir » est dans la (bio)diversité. C’est à dire que nous devons nous battre pour maintenir le maximum de variété, afin de continuer à stimuler nos papilles gustatives, nos esprit créatifs culinaires, mais surtout maintenir le plus large panel de variétés possibles.

En Belgique par exemple, les variétés les plus connues et les plus cultivées sont : la Bintjes et la Nicolas.

Moins de 15 % de la popoluation belge connaît ou a entendu parler de
la Charlotte, la Victoria, la Ratte, la Franceline, la Corne de gatte, la Mélody, l’Agria, la Marabel, l’Anabelle, la Vitelotte, la Challenger,
l’Amandine, la Belle de Fontenay, la Roseval etc…

Dans le monde plus de 10,000 variétés sont aujourd’hui connues, dont 1294 sont inscrites au Catalogue Communautaire de la Communauté Européenne et 192 au catalogue officiel français.

Certaines espèces rares, belle est gouteuse sont en voie de disparition, comme par exemple, en France la Violine de Borlé, noire à l’extérieur et violette à l’extérieur. Les producteurs ont fait parvenir des échantillons à des chefs étoilés français qui tentent de la faire re-découvrir à leur clientèle. Pour son gout, son originalité et ses vertus anti-oxydantes et qu’en plus elle ferait baisser la tension artérielle.

En Belgique, Slow Food a présenté des rares producteurs de « vitelottes » au salon Be Slow Food, espèces identiques à la Violine au niveau aspect mais moins douce.

Considéré par Alexandre Dumas comme la meilleure des pommes de terre ».
Notre territoire compte de nombreuses variétés, pour en citer une qui arrive rarement jusque dans nos assiettes, il y a la Platte de Florenville, à dénicher et déguster d’urgence…

Lettre d'information