Le consommateur

Facebook Twitter

Label Carrefour. Source : Greenpeace

La raison principale pour l’action à Wetteren était d’abord le fait que la plupart des gens ne souhaitent pas retrouver des produits génétiquement modifiés dans leur assiette. Le consommateur a des réserves concernant la consommation d’OGM et il pense surtout à d’éventuels risques pour la santé.

Il y a quelques années, Carrefour avait déjà tenté une première fois de vendre des OGM en Belgique. Après protestation, l’enseigne avait rapidement mis fin à cette vente. Plus tard, il n’y a plus eu d’introduction de produits alimentaires contenant des ingrédients génétiquement modifiés sur le marché belge. Puisqu’il est obligatoire de mentionner les OGM dans la liste des ingrédients des produits, le consommateur a toujours la possibilité de vérifier s’il y a oui ou non des OGM dans les produits qu’il achète.

En Belgique, on peut trouver de la viande d’animaux qui ont été nourris avec des OGM. L’étiquetage obligatoire ne vaut pas pour ces produits. Si l’on veut manger de la viande avec absence garantie d’OGM, il faut opter pour de la viande biologique.

Agenda

Lettre d'information