Un oligopole

Facebook Twitter

Deuxièmement, les agriculteurs veulent éviter d’être largement dépendants des quelques multinationales dans le monde (comme Monsanto, Basf, Bayer, Novartis, ...) qui dominent le commerce des semences et des plants ainsi que le commerce des pesticides. En faisant breveter leurs semences génétiquement modifiées (et les pesticides annexes), ces entreprises se réservent beaucoup de pouvoir sur le marché alimentaire.

Il y a toujours la peur de devoir payer très cher pour les semences une fois que les produits génétiquement modifiés commenceraient à dominer le marché et qu’il serait mis fin à la commercialisation d’autres semences et plants. Si tel était le case, les agriculteurs deviendraient complètement dépendants de quelques grands joueurs. Même les cultivateurs qui opteraient pour des semences classiques, devraient à terme payer des redevances à ces entreprises, puisqu’une partie de leur récolte serait contaminée via la pollinisation croisée par des OGM brevetés.

Lettre d'information