L’écosystème

Facebook Twitter

Troisièmement, les anti-OGM avancent comme alternative l’idée que les agriculteurs biologiques du monde entier utilisent actuellement des races de pommes de terre qui sont résistantes sans manipulation génétique et qu’il est donc possible de cultiver des pommes de terre qui offrent de bonnes propriétés au niveau du goût sans devoir recourir à l’utilisation de manipulation génétique et de pesticides. Ce processus de croisements naturels se pratique déjà depuis des milliers d’années et a toujours donné de bons résultats.

Ce procédé offre deux grands avantages. Premièrement, il n’y a pas de conséquences pour l’écosystème. Tandis que les OGM éliminent un ou plusieurs ennemis de la plante, ce qui peut entraîner des conséquences pour l’écosystème. Un autre risque des OGM est la création d’espèces résistantes de mauvaises herbes.

Un deuxième avantage des croisements naturels est la diversité génétique qui en résulte et qui fait que des espèces de plantes peuvent plus facilement survivre et s’adapter à des changements dans les circonstances (comme les changements climatiques). La monoculture a déjà fortement réduit la diversité génétique de nombre d’espèces et les OGM pourraient très bien donner le coup de grâce à cette diversification indispensable.

Agenda

Lettre d'information