Les impacts sur la santé

Facebook Twitter

Les prédateurs, situés en haut de la chaîne alimentaire, ont un taux de contaminants plus élevé car ils accumulent les métaux des poissons qu’ils ingèrent. Ces contaminants s’accumulent dans le tissu graisseux ; ce sont donc les poissons prédateurs tels que le thon, l’espadon, le loup (bar),… et les poissons gras comme la sardine et le saumon qui sont les plus contaminés. Ceux-ci sont fortement consommés en Belgique, d’où l’importance d’y porter toute notre attention.

L’Homme élimine très lentement le méthylmercure ce qui induit des perturbations au niveau du système nerveux lors d’une ingestion trop importante de poissons contaminés. Les dioxines et les PCB sont appelés « polluant organiques persistants »(POP) car ils s’accumulent dans les tissus graisseux durant près de 7 à 8 ans. Ces deux contaminants sont cancérigènes, ils occasionnent des troubles métaboliques et ils sont définis comme des perturbateurs endocriniens et immunitaires. Les personnes les plus à risques sont les enfants (perturbation du développement) et les femmes enceintes (les contaminants passent par la paroi placentaire).

De plus, les poissons provenant de l’aquaculture sont en général particulièrement contaminés, car ils sont régulièrement soumis à de fortes doses de pesticides ou de médicaments pouvant être toxiques pour l’Homme.

Cependant, d’après l’étude CALIPSO, il y a peu de risques de contamination pour la population en général. En suivant les recommandations des professionnels de la santé - consommer 2 poissons par semaine dont un gras - et en ajoutant qu’il est judicieux de varier les produits, mais aussi le type d’approvisionnement (sauvage/élevage) et l’origine, le risque est amoindri.

De plus, les poissons sont contrôlés notamment par l’AFSCA dès leur arrivée à la criée. Des échantillons sont pris pour l’analyse des taux de certaines substances dont les métaux lourds. Tout taux au-dessus des normes acceptées par la réglementation européenne entrainerait l’interdiction de pêche dans la zone et le stock incriminés.

Agenda

Lettre d'information